Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Reports

Impact de la crise sanitaire de la Covid-19 sur la santé mentale des étudiants à Rennes

Résumé : Pour lutter contre la pandémie de Covid-19, la France, comme de nombreux pays dans le monde, a dû mettre en place des mesures de contrôle pour ralentir la propagation du SARS-CoV-2. Ces mesures, qui ont un impact direct sur la vie quotidienne des Français, ne sont pas sans conséquences sur leur santé mentale, notamment pour la population des étudiants. Ainsi, lors du premier confinement en avril 2020 près d’un tiers des étudiants présentait des signes de détresse psychologique d’après une étude nationale. Cependant, aucune donnée n’existe, à notre connaissance, concernant la santé mentale des étudiants suite au second confinement du mois de novembre 2020. Cette étude a pour objectif d’évaluer l’impact de la crise sanitaire de la COVID-19 jusqu’au mois de novembre 2020 en France sur la santé mentale des étudiants au travers de divers indicateurs : détresse psychologique, soutien social, solitude, symptômes de dépression et symptômes d’anxiété. Elle se base sur les données recueillies dans le cadre de l’enquête longitudinale COVER portant plus largement sur les facteurs de risque et les comportements des étudiants de Rennes face à l’épidémie de Covid-19. Dans le cadre de cette enquête, 4261 étudiants Rennais issus de l’EHESP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), la Rennes School of Business et Sciences Po Rennes ont été invités en décembre 2020 à répondre à un auto-questionnaire en ligne visant, pour partie, à évaluer leur santé mentale. Parmi les étudiants interrogés, 784 ont répondu au questionnaire (taux de participation de 18.4%). Les résultats ont été redressé pour être représentatifs de la distribution par sexe des étudiants. Les signes d’une détresse psychologique ont été retrouvés chez 60.3% des étudiants interrogés (Intervalle de confiance à 95% (IC95%) [57.0%; 64.1%]). Un étudiant sur cinq présentait des symptômes de dépression (IC95% [20.3%; 26.4%]) et 37.7% des symptômes d’anxiété (IC95% [34.3%; 41.1%]). Plus d’un étudiant sur deux présentait des signes de solitude (IC95% [47.9%; 52.1%]) et près d’un quart bénéficiait d’un faible soutien social (IC95% [19.8%; 25.9%]). Les femmes étaient davantage à risque de détresse psychologique et de symptômes d’anxiété comparativement aux hommes. Par ailleurs, les étudiants qui présentaient des difficultés financières, qui bénéficiaient d’un faible soutien social, qui se déclaraient en mauvaise santé ou qui avaient un sentiment de solitude étaient plus à risque de présenter une détresse psychologique, ainsi que des symptômes d’anxiété ou de dépression. Les prévalences estimées de détresse psychologique, de symptômes dépressifs et anxieux sont inquiétantes dans cette population déjà vulnérable. Les symptômes et signes identifiés sont probablement transitoires, et ne reflètent que l’état psychologique des étudiants le mois précédent la réponse au questionnaire sans poser de diagnostic clinique. Néanmoins, ces résultats invitent à réestimer les risques et les bénéfices des mesures impactant la vie des étudiants. Ils encouragent la mise en place d’actions de prévention des risques psychologiques à destination de ce public, comme des plateformes d’écoutes, le développement du soutien entre pairs ou la mise en place de mesures de contrôle qui permettent une reprise, au moins partielle, des cours en présentiel.
Document type :
Reports
Complete list of metadata

https://hal.ehesp.fr/hal-03819332
Contributor : SCD EHESP Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 18, 2022 - 1:08:33 PM
Last modification on : Monday, October 31, 2022 - 3:02:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03819332, version 1

Citation

Mélanie Bertin, C. Padilla, Judith E. Mueller, Ronan Garlantézec, Mathilde Pivette, et al.. Impact de la crise sanitaire de la Covid-19 sur la santé mentale des étudiants à Rennes. [Rapport de recherche] EHESP. 2021, 12p. ⟨hal-03819332⟩

Share

Metrics

Record views

0