[Extension of HPV vaccination to boys: Survey of families and general practitioners] - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Bulletin du Cancer Year : 2022

[Extension of HPV vaccination to boys: Survey of families and general practitioners]

Extension de la vaccination contre les HPV aux garçons : enquête auprès de familles et de médecins généralistes

(1) , (1) , (1) , (2) , (2) , (2) , (2) , (2) , (3) , (4, 3)
1
2
3
4

Abstract

Introduction As part of an analysis on the extension of the HPV vaccination to French boys, the French National Cancer Institute (INCa) and the French National Authority for Health (HAS) have conducted in collaboration a survey on HPV vaccine acceptance in July 2019. This survey was completed by parents of children aged 11–19 and general practitioners (GPs). Questions focused on their representations, practices and intentions in the context of the future policy change allowing boys to get vaccinated against HPV. Methods The survey was conducted between June 20 and July 12, 2019. It focused on two populations: a nationally representative sample of parents with at least one girl aged 11–19 and/or one boy aged 11–14 (n = 1984) and a representative sample of GPs in mainland France. Data were collected through a web-based questionnaire with a mean completion time of 10 minutes for parents and GPs. The quota method was applied to ensure the representative nature of the samples based on (i) gender, age, children (girl aged 11–14 and/or boy aged 11–14) of the household, socio-professional category of the “head of the household”, size of urban area and region for the parents’ sample and based on (ii) gender, age, region and type of practice for the GPs’ sample. Results Although most GPs were very favourable towards HPV vaccination (94%), they considered it one of the most challenging vaccinations to get parents to adhere to (82%). A notable percentage of parents have unfavourable opinions towards HPV vaccination (25%). The three main barriers cited by parents of non-vaccinated girls were: the fear of adverse effects, the lack of information, and the fact that the GP did not propose it. Regarding the extension of HPV vaccination to boys, 84 % of GPs would recommend this vaccination to boys if it was included in the vaccination schedule, and 88 % of those who did not routinely recommend HPV vaccination to girls would be more likely to offer it to girls if the extension was recommended.
Introduction Dans le cadre des travaux de 2019 de la HAS portant sur l’extension de la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) aux garçons, l’INCa et la HAS ont réalisé une enquête en juillet 2019 portant sur l’acceptabilité de la vaccination contre les HPV. Cette étude a été réalisée auprès de parents ayant des enfants de onze à dix-neuf ans et de médecins généralistes. Elle a porté sur leurs représentations, leurs pratiques, ainsi que leurs intentions dans la perspective de l’élargissement de la vaccination contre les HPV aux garçons. Méthode L’enquête a été menée entre le 20 juin et le 12 juillet 2019, auprès de deux publics : un échantillon national représentatif des parents ayant au moins une fille de onze à dix-neuf ans et/ou un garçon de onze à quatorze ans (n = 1984) dans leur foyer et un échantillon représentatif de 300 médecins généralistes libéraux exerçant en France métropolitaine. Les données de l’enquête ont été recueillies par le biais d’un questionnaire en ligne dont la durée moyenne de passation était de dix minutes. La construction des échantillons a été réalisée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : (i) pour les parents : sexe, âge, enfant dans le foyer (fille de onze à dix-neuf ans et/ou garçon de onze à quatorze ans), catégorie socioprofessionnelle (CSP) du référent du ménage, catégorie d’agglomération et région ; et (ii) pour les médecins généralistes : mode d’exercice (libéral/mixte), genre, âge et région. Résultats Bien que les médecins généralistes fussent très favorables à la vaccination contre les HPV (94 %), une majorité d’entre eux (82 %) considéraient qu’il s’agissait de l’une des vaccinations les plus difficiles à faire accepter à leurs patients. Une part importante des parents était défavorable à la vaccination contre les HPV (25 %). Les trois principaux freins cités par les parents de filles non vaccinées étaient : la crainte d’effets secondaires, le manque d’information et le fait que le médecin ne l’ait pas proposé. En ce qui concerne l’élargissement de la vaccination aux garçons, 84 % des médecins généralistes déclaraient qu’ils recommanderaient la vaccination aux garçons dès lors qu’elle serait intégrée au calendrier vaccinal et 88 % de ceux qui ne la recommandaient pas systématiquement aux filles déclaraient qu’ils seraient plus enclins à la proposer aux filles si l’extension était recommandée.
Not file

Dates and versions

hal-03616194 , version 1 (22-03-2022)

Identifiers

Cite

Sarah Derhy, Julie Gaillot, Sophie Rousseau, Clément Piel, Dominic Thorrington, et al.. Extension de la vaccination contre les HPV aux garçons : enquête auprès de familles et de médecins généralistes. Bulletin du Cancer, 2022, ⟨10.1016/j.bulcan.2022.01.005⟩. ⟨hal-03616194⟩
40 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More