Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Ebola, question de confiance

Résumé : Une épidémie d’Ebola a sévi en 2014-2015 en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Deux hypothèses s’affrontent pour expliquer sa régression dans ces pays. La première l’attribue principalement aux interventions d’urgence imposées d’autorité aux populations. Elles ont consisté à ouvrir des centres dédiés pour faire face à l’épidémie, à enjoindre les personnes susceptibles d’avoir été contaminées de s’y rendre, et à prendre en charge la crémation des dépouilles des personnes décédées d’Ebola. Cette démarche repose sur l’affirmation des prétendues faiblesses des systèmes de santé et cherche à s’y substituer. La seconde hypothèse impute la réduction du nombre de cas d’Ebola en Afrique de l’Ouest à l’action conjointe de la société civile et des services de santé locaux face à ce nouveau défi. Elle s’appuie sur l’expérience de la République démocratique du Congo qui a fait face à sept épidémies d’Ebola depuis 1976 et a privilégié la mobilisation des capacités locales tant des services de santé que des communautés. Cette dernière hypothèse se fonde donc sur l’appréciation des forces locales et tâche de les mobiliser et de les accompagner. Quels impacts ont eu ces modes de gestion de l’épidémie radicalement opposés ?
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.ehesp.fr/hal-02530420
Contributor : Scd Ehesp <>
Submitted on : Thursday, April 2, 2020 - 10:53:25 PM
Last modification on : Thursday, October 1, 2020 - 2:00:26 PM

Identifiers

Citation

Jean-Louis Lamboray, William Sherlaw. Ebola, question de confiance. Santé Publique, Société Française de Santé Publique, 2016, 28 (1), pp.123-126. ⟨10.3917/spub.161.0123⟩. ⟨hal-02530420⟩

Share

Metrics

Record views

45